Le 6 avril 1944

St Jacques de la Lande

 "Mivoie"

Ju 88 H-1/T - (WNr. 430898)

Le matin du 6 Avril 1944, par beau temps, je travaillais dans un champ dépendant de la ferme de mes parents située à Vern sur Seiche au lieu dit "La Motte". Dans le ciel, comme pratiquement chaque jour, à cette époque, un JUNKERS 88

H1 évoluait, probablement en mission d'entraînement. Soudain la lak située à Chantepie tira quelques obus de 88 mm produisant une fumée rouge. Cela voulait dire danger et effectivement, en même temps, j'ai entendu un groupe de chasseurs anglais qui m'étaient alors inconnus, ronronner dans le lointain. Ils volaient Est Ouest, très bas. Ils étaient peut être en mission de chasse libre, comme nous avions l'habitude de les voir depuis 1943. A la vue des explosions rouges, l'allemand ne perdit pas de temps, et d'une altitude d'environ 1500 mètres, piqua vers sa base (Saint Jacques de la Lande). Il n'eut pas le temps de l'atteindre, car deux chasseurs se détachèrent de la formation et montèrent pleins gaz. Très près de lui, le premier des deux chasseurs tira une courte rafale de ses quatre canons de 20 mm et immédiatement la partie centrale du fuselage s'enflamma. Le Ju 88 s'écrasa non loin de sa base et une colonne de fumée noire s'éleva dans le ciel. Dans le même temps, les deux chasseurs, dont le second n'avait même pas tiré, rejoinrent leur formation. La flak ne les avaient pas attaqués, bien qu'ils étaient non loin de Saint Jacques de la Lande, équipé de quadruples de 20 mm et de 88 mm. Je pense que dans le cas de rase motte, lesartilleurs n'avaient même pas le temps de réagir. Concernant le Ju 88, je n'ai vu aucun parachute. Cet avion étrange, comparé aux autres était facilement reconnaissable, du fait de son fuselage allongé et du bruit typique de ses moteurs BMW (comme le Do 217). Je crois que ce type d'avion était prévu pour les patrouilles sur l'Atlantique. A cette époque, Saint Jacques était fréquemment visité par des Do 217 et He 177. Enfin, la Kriegsmarine était aussi basée à Rennes. Après la guerre, j'ai reconnu les chasseurs comme étant des HAWKER Typhoon et maintenant, encore, je me rappelle le bruit curieux et puissant de leur moteur Sabre.....

Fils du narrateur, je suis passionné par l'aviation de la seconde guerre mondiale et plus particulièrement par les HAWKER Typhoon et Tempest. C'est dans le livre The Typhoon & Tempest Story de Chris THOMAS et Chris SHORES que j'ai trouvé, dans les annexes une ligne concernant la victoire de deux Typhoon sur un Ju88 au Sud Est de Rennes. J'en ai parlé à mon père et, sans le savoir, j'avais le témoin oculaire de l'action. Il m'a fait le récit ci dessus et j'ai réussi à joindre un des auteurs du livre, qui, enthousiasmé, m'a donné les précisions suivantes. Le Ju88 était du type H1, à moteurs BMW 801D, à quatorze cylindres en double étoile de 1700 chevaux au décollage, était en fait construit à partir d'ailes de Ju88G1 et d'autres éléments provenant de Ju 88D1, avec un fuselage rallongé pour contenir plus d'essence. Ceci explique sans doute l'embrasement quasi immédiat. 10 exemplaires de cet version furent assemblés à Merseburg. Celui ci avait le Werk nr 430898 et l'équipage était composé de quatre hommes. 

Quant aux Typhoons, il s'agit de HAWKER Typhoon Ib à moteur Napier Sabre IIa de 2180 chevaux, 24 cylindres sans soupapes, en H, à plat. Les pilotes sont P/O G.M.R. EASTWOOD dans le MN150 codé ZH-? et le F/sgt J.O. HULLEY dans le MN234 codé TP-K (cet avion venait du Sqn 198). Les rapports de combat en ma possession indiquent l'heure du combat comme étant aux alentours de 13 heures, lors d'une "Ranger". Seul EASTWOOD a attaqué le Ju 88 et a tiré 20 coups par canon: 40 explosifs et 40 perforants. Ils affirment tous deux avoir vu un parachute et HULLEY dit qu'avant l'attaque d'EASTWOOD, le Ju 88 avait le train sorti.

Récit du combat du 6 avril 1944

Témoignage de M. David de Vern sur Seiche