Le 8 mai 1941

Pont Saint Martin

"La Marronnière"

Wellington Ic R1374

Codé JN-G

 

GO

Voir le récit de la fouille du 2 mai 2011

Un total de 5 avions du 103 Squadron et 10 avions à partir de 150 Squadron de la RAF Newton, Notts, ont pris part à ce raid sur la base de sous-marine de St Nazaire avec le Wellington Ic R1374, transportant 6 bombes de 500 lb. Le Wellington R1374 a décollé à 23h30, la nuit était claire sur la zone de la cible et la détonation des 80 bombes de 500 lb a été vu. La Flak a été modérée avec une activitée légère de projecteur. Le Squadron a perdu ce soir-là seulement le R1374. La cause de l'écrasement du bombardier, on ne que peut supposer qu'il a été pris par des tirs anti-aériens sur leur vol de retour.

Du carnet de Sgt. Leonard Harris, nous apprenons que l'équipage, avec Flt. Le lieutenant et le sergent Savage Fulford que les pilotes ont pris part en avril 1941 lors de raids sur Rotterdam, Brest, Kiel et le 17 avril à Berlin. En mai l'équipage participe à des raids sur Cologne et Mannheim et le raid final mortel sur St-Nazaire, durant la nuit du 7 au mai 1941. Le Log Book du Sgt. Leonard Harris montre que l'équipage avait 30 heures 55 de vol de nuit en avril et en mai 12 heures 25. Ils étaient donc un équipage expérimenté.

vickers wellington

Vickers Wellington Mk IC, photo avions & pilots n°36

 

COMPOSITION DE L'ÉQUIPAGE DU Wellington Ic R1374

Flight Lieutenant (Pilot). SAVAGE, FREDERICK HENRY. (KIA).

Sergeant. (Pilot). FULFORD, JOHN MICHAEL. (KIA).

GO

Sergeant. (W.Op./Air Gnr.). HARRIS, LEONARD FRANK. (KIA).

GO

Sergeant. (Air Obs.). HEYWOOD, WRAY WILLIAM. (KIA).

GO

Sergeant. (W.Op./Air Gnr.). READ, PETER VERRALL. (KIA).

GO

Sergeant (Air Gnr.). HART, JOHN LEWIS. (KIA).

GO

GO

Photo IGN, année 1952

AVANT PROPOS CONCERNANT LES QUATRE PERTES DE PONT SAINT MARTIN

 

Mes parents sont arrivés à Pont St Martin en 1957 dans la ferme de la Moricière située à 2 km de l'aéroport de Nantes. Pendant ma jeunesse j'ai toujours connu dans un champs des petits morceaux d'avion que l'on trouvait lors des labours. Dans la mémoire locale on nous avait expliqués qu'il s'agissait d'un avion anglais. Les années ont passé il a fallu le décès de la grand-mère Pineau. Les enfants ont décidé de vendre la maison et de la vider. Lors de cette opération, il à été trouvé une petite boîte avec à l'intérieur une gourmette avec l'emblème de la Royal Air Force, une numéro d'immatriculation et à l'arrière de celle-ci une dédicace (For my wife Olive, femme du Sgt HEYWOOD, WRAY, Olive est décédée en 2008), ainsi qu'une montre cassée.

Nous avons transmis en Angleterre le numéro de la gourmette et en réponse il s'agissait d'un aviateur canadien du nom de Hewood décédé dans la crash de son Wellington le 8 mai 1941 près de Nantes.

J'en concluait donc qu'il s'agissait de l'avion dont on trouvait les morceaux dans la ferme. Le fils de madame Pineau (Jean, décédé en septembre 2010), confirma que la montre et la gourmette avaient été ramassés sur le terrain peu de temps après un crash d'avion.

Dans l'association Histoire de ma commune, nous nous sommes penchés sur le problème en allant aux archives départementales pour avoir des éléments supplémentaires. Nous avons trouvé une correspondance d'une famille anglaise(Read) qui cherchait des témoignages au sujet du crash d'un Wellington le 8 mais 1941 près de Nantes. Un appel dans la presse a été lancé et la réponse est arrivée de la part de monsieur Poisson habitant le château de la Marionnière à Pont Saint Martin. J'en déduit qu'il ne s'agissait pas de l'avion qui était tombé dans la ferme.

Je commençais à recueillir différents témoignages auprès des anciens de la commune. On m'expliqua qu'il y avait eu 4 avions tombés dans la commune. Nous avions élucidé un des crashs. Restait les trois autres. Mon voisin Gabriel Cormerais m'expliqua qu'il avait été réquisitionné pour le STO le 15 juin 1943 et qu'il s'était caché dans la ferme de la Marsoire, propriété de la Marionnière juste à coté de la Moricière. Pendant qu'il était caché, il a assisté au crash d'un avion allemand sans pouvoir me donner de date, les seules choses dont il se souvenait ; c'était un dimanche et un incendie dans un champs avait eu lieu à la ferme de la Moricière.

Il me demanda de contacter Donatien Pavageau qui habitait la Moricière pendant la guerre. Celui-ci me confirma le crash et que l'avion était rentré en terre. Les allemands avaient enlevé la queue de l'avion et recouvert les restes.

Dans les mêmes temps, Robert Rabreau me raconta que ce 4 juillet 1943, il avait vu un parachutiste allemand qui pleurait. Il a sans doute eu très peur.

J'ai pris contact avec l'ABSA en racontant mon histoire. Daniel et ses copains sont venus le 9 juin 2009 avec leur détecteur de métaux et ont localisés rapidement des morceaux à fleur de terre. Évidemment la tentation à été très forte pour creuser et nous avons trouvé le moteur, la jambe d'atterrissage de l'aile gauche. Il s'agissait d'un Fock Wolf, abattu le 4 juillet 1943 vers midi sans doute par la Super Forteresse Américaine qui s'est écrasée à Saint Colomban le même jour. Voir liste des pertes en B-17 de ce jour. A la fin de cette journée, beaucoup d'émotions, de fierté pour cette découverte partagée avec la nouvelle association AREA.

La décision de prévenir la préfecture de la découverte a été faite en août.

Une date pour continuer est programmée le 29 septembre VOIR FOUILLES DU 29 SEPTEMBRE.

A la suite de ces événements beaucoup de visites à la ferme ont été effectuées par des curieux mais aussi par des anciens. Au hasard de ces rencontres très intéressantes j'ai eu la chance de retrouver les cordonnées de ce monsieur Poisson que je croyais décédé. Il habite le sud ouest de la France. Bernard Poisson me confirma le crash du 8 mai 1941, mais aussi le second crash qui a eu lieu le 4 février 1941. Dans les 2 cas, c'est lui qui est allé sur les endroits pour récupérer les objets personnels des différents aviateurs qui ont été remis à l'ambassade anglaise après la guerre. Selon ses souvenirs le premier crash est un bombardier allemand qui est situé près de la ferme en novembre 1940.

Le deuxième crash le 4 février 1941, il s'agit d'un Hampdem.

Le troisième crash le 8 mai 1941.

Le quatrième crash le 4 juillet 1943.

Voir listes des pertes du JG 2.

Dans les années 80, Bernard Poisson a été décoré par la RAF ainsi que de la couronne d'Angleterre pour sa bravoure.

Il a reçu de nombreuses correspondances des familles anglaise d'aviateurs.

La famille de Thomas Kalman est venu à la Marionniere en 1946 sur le lieu du crash survenu le 4 fevrier 1941.

 

Toutes ces recherches sont faites pour honorer la mémoire de ces jeunes hommes morts sur notre commune. Le maire a donné son accord pour faire une plaque commémorant ces événements.

Jérome Batard

FOUILLE DU 2 MAI 2011

Fouille de surface car le Wellington Ic R1374 a dut percuté le sol d'une altitude pas très élevée. Le bombardier a brûlé entièrement, nous en avons retrouvé les traces et cela à faible profondeur. Très peu de pièces furent retrouvées. La pièce la plus importante fut un des 18 réservoirs à oxygène.

GO
GO
GO
Go

GO
GO
GO
GO

GO
GO
GO
GO

GO
GO
GO

Une des dix huit bouteilles d'oxygène
Les pièces après nettoyage
Les pièces après nettoyage